Quintessence 2.0

09 février 2017

Échouez de nouveau

Essayez_de_nouveau

Posté par fasuka73 à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


05 octobre 2016

Comment créer ses recettes de gâteaux sans sucre, sans lactose et sans oeufs ?

gateau_2

C'est un vrai casse-tête que de se régaler avec un dessert pour un intolérant alimentaire. Se faire plaisir est néanmoins important pour gérer la frustration, inévitable dans un monde si généreux en produits sucrés.

Les recettes vegan sont-elles pour nous ?

Les recettes vegan qui fleurissent sur les sites Internet, tel le blog de Marie Laforêt 100 % Végétal, et les étals de librairie, pour ne citer qu'un livre, ce sera Pâtisserie Vegan d'Audrey Cosson, ne conviennent pas aux intolérants au fructose : en effet, le sucre est souvent remplacé par des beurres végétaux à base d'oléagineux, qui sont des aliments fortement déconseillés. De plus, ces beurres sont très gras, ce qui ne réjouit pas les intestins sensibles des intolérants.

Cuisiner sans gluten demande de savoir utiliser les autres farines à disposition : disposer d'une recette professionnelle est dans ce cas recommandable du fait des proportions qu'il faut savoir ajuster.

oeufs

Cuisiner sans sucre, sans lactose et sans œufs : pas si compliqué !

En effet, des substituts efficaces et délicieux existent. Pourquoi les utiliser ?

Une autre solution est de remplacer le sucre par des fruits peut certes être intéressant mais dans une certaine mesure. Cela dépend de votre degré d'intolérance. Réaliser un gâteau à base de bananes est une bonne idée, si et seulement si vous pouvez digérer la quantité de bananes utilisée. Chaque intolérant a un degré d'intolérance qui lui est propre, c'est donc à vous seul de savoir ce que vous pouvez manger. Même chose pour les gâteaux à la carotte, absolument délicieux : les recettes demandent néanmoins un ajout de sucre (voire de crème d'amandes, à éviter absolument pour les intolérants au fructose). A vous de tester le gâteau sans cet ajout, avec cet ajout s'il est minime ou enfin d'utiliser un substitut.

Stevia_rebaudiana

Quels sont ces substituts ?

Pour le sucre, je ne supporte que la stévia, à base de la plante du même nom, autorisée en France à partir de 2010. Les autres édulcorants sont trop chargés en sucre pour moi, tels que maltitol, sorbitol, mannitol, xylitol, isomalt, etc. mais rien ne vous empêche de les essayer. Quel que soit l'édulcorant utilisé, le consommer en trop grande quantité provoque des troubles intestinaux, ce qui est loin d'être le but recherché. Encore une fois, vous seul saurez quelle quantité vous pouvez digérer (en prenant en compte la situation du moment : si vous êtes déjà un petit peu perturbés, vous supporterez moins bien le sucre, qu'il s'agisse d'un fruit ou d'un substitut, même chose pour les graisses ou tout autre aliment irritant vos intestins).

Pour le lactose, et donc le beurre pour la préparation de gâteaux, vous pouvez utiliser de la margarine mais uniquement celle ne contenant aucune trace de beurre ou de babeurre. Vous en trouvez plus facilement en magasin biologique qu'au supermarché traditionnel. Il existe aussi des beurres sans lactose (délactosée, auxquelles on aura ajouté de la lactase dans le processus de fabrication). Si vous devez utiliser du lait, pensez au lait de riz. Les laits à base d'oléagineux sont évidemment non recommandés, tandis que le lait de soja a un goût assez fort. Le lait de riz est déjà sucré, il conviendra donc de le prendre en compte dans le dosage de la stévia (bien entendu, il vous faut aussi tester votre tolérance au lait de riz).

lait_2

Pour les œufs, j'utilise un substitut trouvé en magasion biologique (on le trouve souvent au rayon "sans gluten"). Il s'agit d'une poudre blanche à laquelle il faut ajouter un peu d'eau pour être utilisé. Si vous pouvez digérer jusqu'à deux œufs par exemple, complétez simplement le nombre d'oeufs supplémentaires par ce substitut.

id_ePour tous les intolérants et les allergiques alimentaires, sauf pour les intolérants au sucre, vous pouvez trouver un certain nombre de recettes adaptées (sans substitut) et sur mesure, sur le site Allergo.box.

 

Comment créer ses recettes ?

Prenons un exemple à partir d'une recette qui a beaucoup de succès auprès de mes proches, le cake au citron de Betty Bossi.

Voici la liste des ingrédients et leurs substituts:

250 g de beurre / à remplacer par 250 g de margarine

250 g de sucre / à remplacer par 100 à 125 g de stévia (pas plus, le pouvoir sucrant est très fort)

1 pincée de sel

4 oeufs / utiliser le substitut

2 citrons

250 g de farine sans gluten (p. ex. "Kuchen & Kekse" de Schär)

1 cc de poudre à lever

Le gâteau sera apprécié par tout le monde, même les plus gourmands !

C'est très simple, il faut juste oser et adapter selon sa propre intolérance.

gateau_3

De votre côté, réussissez-vous à vous faire des desserts ? Avez-vous des recettes à grand succès ?

26 septembre 2016

Chacun porte le bonheur en soi

rose

Posté par fasuka73 à 17:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 septembre 2016

Le sucre, ce doux poison

 

LE_SUCRE

A force de reportages et d'enquêtes glanés de çi de delà sur le net, on se posait sérieusement la question concernant cette petite poudre blanche à l'air tout à fait innocent. C'est un article publié sur le New York Times le 12 septembre 2016  qui remet la question au goût du jour.  Le quotidien suisse Le temps en reprend les grandes lignes en français.

Les graisses longtemps pointées du doigt.

Si les produits "gras" ont longtemps été incriminés pour les risques cardiovasculaires qu'ils faisaient peser sur notre santé, c'est surtout parce que les études scientifiques ont été sciemment tournées vers ce bouc émissaire. Le sucre a longtemps été lavé de tout soupçon : il suffisait de calculer le nombre de calories ingérées et de faire du sport en conséquence pour éviter de grossir (ce dernier étant le seul risque qu'on lui tolérait, et qu'on ne pouvait tout simplement pas cacher). Autrement dit, on pouvait consommer du sucre si on avait un comportement adulte et responsable. 

On se souvient aussi de l'étude scientifique, conduite sous la direction de Serge H. Ahmed, chercheur au CNRS à Bordeaux, en 2007, qui avait montré que ses souris de laboratoire étaient beaucoup plus dépendantes au sucre qu'à la cocaïne ! Mais il nous en fallait plus pour arrêter ce doux poison.

 

Sucre

 

Il fallait une révélation.

Ainsi, "l’industrie sucrière, dans les années 1960, a payé des scientifiques pour nier le lien entre le sucre et les maladies cardio-vasculaires et incriminer, à sa place" le gras. Cela fait plus de 50 ans que le mensonge perdure ! Et que les morts s'accumulent. Ces deux scientifiques sont deux nutritionnistes de la prestigieuse université Harvard.

Citons Le Temps : « Ces documents internes de l’industrie sucrière, découverts par un chercheur de l’Université de Californie à San Francisco (UCSF) et publiés lundi dans la revue JAMA Internal Medicine sous le titre " Sugar Industry and Coronary Heart Disease Research ", " suggèrent que cinq décennies de recherches sur le rôle de la nutrition dans les maladies cardiaques, y compris un grand nombre de recommandations alimentaires encore valables aujourd’hui, peuvent avoir été en grande partie «fabriquées» par l’industrie sucrière. " Ils ont réussi à fausser la discussion pendant très longtemps», selon Stanton Glantz, professeur de médecine à l’UCSF et l’un des auteurs de l’article ", d’ailleurs aussi spécialiste des recherches médicales sur le tabac, en ne tenant compte que des données qui les arrangeaient. »

 

gateau

 

Entre addiction et risques sanitaires, faut-il continuer à consommer du sucre ?

Les graisses ont longtemps été combattues. Le phénomène du Light en est un preuve. Or, les graisses présentes dans ces produits étaient remplacées par du sucre et cela donne la chair de poule aujourd'hui. Les personnes qui pensaient bien agir pour leur santé en comsommant ces produits sont en aussi mauvais état que les autres. Aujourd'hui, la communauté scientifique s'accorde sur le rôle important que joue le sucre dans les risques cardio-vasculaires mais le message a été biaisé pendant si longtemps qu'on l'entend à peine.

Comment agir aujourd'hui avec discernement ? Les médias nous abreuvent d'informations, certaines contradictoires. Notre organisme a besoin de sucres mais tous les sucres ne se valent pas et il doit être possible de faire un effort pour baisser notre consommation. Faut-il bannir le sucre comme certaines personnes relativement méditisées ? Et le banissent-elles réellement complètement ? C'est un sujet complexe qui touche notre santé physique mais aussi mentale. En effet, bien en amont de l'addiction, le sucre reste un aliment de récompense. On ne nous enlèvera pas le fait que c'est le premier goût auquel nous avons eu droit via le lait maternel.

Comment agir avec discernement ? Je m'y appliquerai dans un prochain article.

N'hésitez pas à vous renseigner notamment via ce reportage d'Arte.

Documentaire Arte 2016 - Le Sucre Le Doux Mensonge - Vérité HD Documentaire

Documentaire 2016 Le Sucre Le Doux Mensonge-Vérité HD

 


09 septembre 2016

Si on réfléchit, on ne s'envolera jamais.

Si_on_r_fl_chit__on_ne_s_envolera_jamais

Posté par fasuka73 à 20:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 juin 2016

Intolérances alimentaires multiples : persévérer auprès des médecins

Me voilà donc flanqué d'un diagnostic officiel, après une certaine errance médicale : mes intestins ne digèrent plus le lactose. J'avais commencé à modifier mon mode d'alimentation en conséquence et les premiers effets bénéfiques pour ma santé se faisaient ressentir : beaucoup plus d'énergie, petits problèmes de santé qui disparaissent les uns après les autres, un nouveau confort de vie. 

A la réception des résultats de mon test respiratoire pour détecter cette intolérance au lactose, mon gastro-entérologue me laisse un message téléphonique. On a trouvé ce qui clochait, parfait. Je dois me tourner vers un diététicien désormais pour éviter que le lactose me fasse trop de misères. Inutile de retourner le voir, les dés sont jetés, le chemin tout tracé ; mon cas est classé.

Je me trouve donc une diététicienne, pour l'intolérance au lactose, certes, mais également parce que ... ce n'est pas encore parfait. Ah ! je fais la difficile en plus ! Mes douleurs sont toujours là, moins fortes mais présentes, mes soucis digestifs pas totalement résolus, l'épuisement me guette encore...

 

7d9210c2923allies

 

J'ose également prendre rendez-vous chez un autre gastro-entérologue. Ce dernier me reçoit avec légèreté et, bien que j'y sois habituée, je suis triste en pensant à mes 60 euros mal dépensés, qui iront grossir le portefeuille d'un être imbu de lui-même et son savoir, incapable d'écouter un tant soit peu une personne qui se soumet pourtant au dictat moderne "Ô médecin, sauve-moi !". Je reste néanmoins à l'affût d'une piste non encore évoquée, je l'écoute avec ce que j'espère monter une pointe d'intérêt. "Tu vas bien, ne t'en fais pas" pour parodier un titre de film : face à une jeune femme banale qui a de bonnes analyses de sang (Pas de cancer ni de maladie rare ? Que fait-elle là ?), le médecin lui laisse 15 secondes de parole... avant de lui conseiller de faire plus de sport et de continuer la sophrologie. Il lui prescrit un antispasmodique sans lactose (on ne doit pas sortir de chez un médecin sans ordonnance sinon le patient estime qu'il n'a pas été pris en considération), parle avec assurance (5 minutes tranquille, se dit-il, sans vieux snock qui se plaint et se débat dans son cancer généralisé), place un "Tiens donc, on ne vous l'a pas fait passer le test au fructose ? Bon faisons ça." Je ressors avec deux ordonnances ! Il s'est bien occupé de moi, rien à dire, n'est-ce pas ?

 

cardiac_217140_960_720

 

J'ose donc dire que j'ai de la chance. Sans ironie. Car, au cœur même de leur blabla de comptoir, une étincelle a jailli et m'a sauvém par deux fois : le premier gastro-entérologue qui me propose à tout hasard de tenter le régime sans lactose (et à qui je dois rappeler de me donner la feuille de route avant de partir) et le second qui pense que je pourrais tenter le test au fructose, avec un raisonnement qui tend plus, à nouveau, du hasard que d'une véritable recherche et d'implication sur mon cas clinique.

Ce fameux test au fructose, alors que je m'y rendrais parfaitement convaincue de perdre encore mon temps, s'avérera tout à fait positif et m'ouvrira à une nouvelle ère de santé, à un changement radical d'alimentation et même de vie. C'est la raison de ce blog : où en sont les autres personnes, dans le même cas que moi, mais sans ces moments de grâce qui m'ont ouvert la voie ?

L'intolérance au fructose _ plus exactement la malabsorption du fructose _ n'a rien à voir avec celle du lactose : plus complexe, plus large, elle est plus difficile à vivre et personne ne connaît réellement de quoi il en retourne. Je la détaillerai, elle ainsi que les changements de vie qu'elle implique dans le post suivant. 

 

Chambres_d_hotes_bed_and_breakfast_Boulaur_La_Yourte_Zen_12

 

 

18 juin 2016

A la découverte de ses intolérances alimentaires : l'intolérance au lactose

Après de nombreuses années avec une santé fragile, de multiples rendez-vous et examens médicaux, des remises en question personnelles, des peurs, me voici enfin en possession d'une première piste sérieuse. Pour (re)lire le parcours avant ce premier aboutissement, c'est ici !

Cette piste se nomme "intolérance au lactose". Le document remis par le gastro-entérologue décourage sur le coup : le lactose, au même titre que le gluten, se cache un peu partout dans notre alimentation moderne. Peut-être est-ce une des raisons pour lesquelles il est difficile de faire un auto-diagnostic en supprimant les aliments suspects de soi-même si on n'est pas un tant soit peu informé et très sérieux dans l'éviction.

milk_1377569_960_720

 

Pour détecter une intolérance alimentaire, il s'agit dans un premier temps de supprimer tous les aliments incriminés (à l'aide d'une liste la plus complète possible) sur une période allant d'une semaine à un mois. Si vous constatez une amélioration de vos symptômes, vous faites un premier pas vers la résolution de votre enquête. L'idée est par la suite de réintroduire certains aliments, un par un, pour tester votre tolérance. Dans mon cas, je ne l'ai pas fait du tout puisque d'une autre part, l'éviction a été rapidement probante et d'autre part, à la moindre incartade, je retombais bien malade (et ce pendant une semaine, c'est la durée qu'il me faut pour éliminer le lactose de mon organisme devenu un véritable poison).

 

Voici la liste des aliments à supprimer pour un régime sans lactose:

- le lait sous toutes ses formes et substituts

1) beurre et crème fraîche

2) yaourts, petits suisses, fromages frais, demi-sel et autres fromages

- la viande et le poisson cuisinés (en conserve ou surgelés), la charcuterie

- les légumes cuisinés en conserves ou en surgelés

- les potages en sachets

- la purée de marrons (snif !)

- les pâtisseries du commerce

1) biscuits, pain de mie, pain au lait, chocolat au lait

2) caramels, glaces, entremets, poudres pour flans et entremets

- les poudres pour petits déjeuners

- les sauces en boîte du commerce.

alimentation

Pour vous régaler, vous pouvez faire vos gâteaux vous-mêmes en suivant des recettes sans lactose ou en utilisant des substituts (le lait de riz possède le goût le moins prononcé et remplace très bien le lait de vache mais par gourmandise, vous pouvez tester un lait d'amande, de noisette, etc.). Pour connaître différents produits de substitution, consultez le site Sans lactose. Préférez les sorbets, choisissez la coupe de fruits au restaurant, ne regardez plus les fromages (vous vous faites du mal), et surtout, ne perdez pas votre temps à déchiffrer les listes d'ingrédients des emballages des supermarchés, cuisinez. Pour concocter de bons petits plats facilement, rendez-vous sur le site Allergobox qui vous propose des recettes adaptées pour le quotidien.

 

hqdefault

Recette du gratin dauphinois sans lactose

 

Un des soucis principaux lorsque vous finirez par maîtriser votre régime est de réussir les épreuves dites du restaurant, des amis et de la famille. En effet, vous risquez simplement de passer pour une enquiquineuse qui suit à la mode et/ou surréagit aux sirènes de propos alarmistes concernant l'état actuel de notre alimentation et de notre agriculture. Le plus gros risque étant de finir malade alors même que l'on vous avait assuré qu'il n'y avait rien à craindre ; ou plus simplement de terminer à jeun une soirée chez des amis. Si vous restez méfiant chez un restaurateur, emportez dans ces occasions des comprimés de lactase (chez Solgar pour ma part) et armez vos intestins, ce sera une aide salvatrice. Le mal de ventre sera moins violent et vous vous en remettrez plus vite (ce n'est pas miraculeux mais cela a le bon goût d'exister et d'être plutôt efficace).

Pour contrer le sort, prévoyez un kit de secours, surtout si la sortie dure plusieurs heures et qu'il vous faut quelque chose qui vous tienne au corps : une boulette de riz onigiri, un oeuf dur et des petits biscuits. Il traîne plus simplement des légumes et des fruits non cuisinés (à l'apéro par exemple pour les premiers ou comme accompagnement du gros gâteau au chocolat pour les seconds).

 

images

Recette des onigiri

 

Sachez également qu'il existe de plus en plus de produits laitiers sans lactose, auxquels on ajouté de la lactase. Si vous digérez les aliments contenant les traces de lactose, vous pouvez en profiter, ces produits en contiennent la même quantité. En Suisse, les gammes sont nombreuses, souvent validées par le Centre d'Allergie Suisse Aha ! et qui peuvent donc enrichir votre quotidien. De plus, les fromages très affinés sont souvent dépourvus de lactose également. Vous pouvez consulter la table des produits laitiers avec leur taux de lactose sur Food Intolerance.

hospital_39398_960_720

Jusqu'ici, la présomption d'une intolérance au lactose s'est imposée rapidement. J'ai néanmoins insisté auprès de mon gastro-entérologue pour passer le test de dépistage (test à l'hydrogène) qui se déroule à l'hôpital. Il est important d'être fixé sur son cas. Aux yeux des autres, votre cas passe de l'effet de mode à une situation sérieuse. Cela permet d'obtenir des médicaments sans lactose plus facilement. Enfin, le test permet d'établir votre degré d'intolérance. Vous accédez à un étalonnage scientifique et vous pouvez mieux vous rendre compte de la situation.

Je réussis à passer le test presque un an après le début de ma saturation au lactose et à mes appels de détresse. Le test à l'hydrogène se déroule comme suit : arrivé à jeun, vous buvez une solution eau + lactose, tout à fait infecte, et vous attendez une première demi-heure au bout de laquelle vous soufflez dans un tube. Cela permet de mesurer la concentration d'H2 dans l'air expiré, indication de la dégradation du lactose dans l'intestin. Vous devez souffler à intervalle de 30 min. Mon résultat est sans appel et l'infirmière me laisse partir plus tôt. Au-delà de 20 points, vous êtes dit intolérant. Mon premier score monte à 64 et ainsi de suite jusqu'à 180. Je rentre chez moi pour dormir !

Après toutes ses aventures, ma santé revient peu à peu. Mais pas totalement. Je suis encore souvent très fatiguée. Découvrez mon suivi après ce premier test et la suite de mon enquête dans mon prochain post.

 

 

 

network_150453_960_720

Web annuaire des sites pour les intolérants au lactose :

Sans lactose : présentation de l'intolérance, connaître les produits de substitution et délactosés, quelques recettes et un forum d'échanges.

Food Intolerance : présentation également de l'intolérance, tableau des produits laitiers et de leur teneur en lactose.

Centre d'Allergie Suisse Aha !  : pour la Suisse, centre d'informations et de soutien.

 

 

Posté par fasuka73 à 21:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 mai 2016

Petites et grandes misères du ventre : le parcours du combattant pour le diagnostic des intolérances alimentaires

Les petites et grandes misères de santé au quotidien ne font pas toujours grand cas dans les cabinets des médecins, généralistes et spécialistes. Mes maux de ventre récurrents n'ont jamais vraiment inquiété mes médecins, et mes gastroentérites à répétition (jusqu'à une fois par mois dans les périodes phares) n'étaient que le signe d'une santé fragile. J'ai eu droit à des antibiotiques qui ont agressé encore plus mon système digestif afin de soigner une acné sévère et persistante (acnéique de 13 à 33 ans, aujourd'hui : mais c'est enfin du passé, lisez mon article à ce sujet). Or, acné et gastroentérites n'étaient que le résultat de mes soucis de digestion ! Le serpent qui se mord la queue.

cardiology2

En consultation, les médecins partent toujours du plus courant au plus spécifique, de la maladie la plus banale et la moins grave, en égrainant petit à petit vers un cas particulier, tout en prenant quelques précautions d'usage à travers divers examens, sanguins, échographiques, des coloscopies, etc., parfois jusqu'aux biopsies (je me suis quand même épargnée ça). Il ne s'agirait pas de passer à côté de quelque chose de grave même si tout le reste montre que tout va bien. Du coup, on fait le grand écart : "Mademoiselle, vos examens montrent que vous êtes en parfaite santé. Si vous voulez être rassurée, faisons cette petite biopsie", gloups !

68009_ventre_femme_mains

Si les données scientifiques disent que vous êtes en forme ( malgré une petite anémie persistante, par exemple), le médecin ne peut pas vous dire ce qu'il en pense vraiment, autrement dit que vous faites grand cas de peu de choses et que votre hypocondrie creuse le gouffre de la sécurité sociale. Il vous laisse donc une porte de sortie, honorable pour les deux côtés, vos malaises proviennent du stress et de ses effets psychosomatiques. C'est le repli vers un domaine flou, dont vous êtes partiellement responsable mais sur lequel vous pouvez agir avec un peu de bonne volonté (suivre des séances de sophrologie, d'hypnose, de PNL, aller voir un psy...). Bref, en résumé, ce qu'il ne vous dit pas, c'est tout de même d'aller payer de votre poche pour soigner ce qui ne concerne plus la médecine officielle, à part pour soulager les symptômes souvent inconfortables. Le médecin vous fait passer le message en vous mettant de la pommade, vous console, vous donne deux médicaments censés être inoffensifs (oups!), estime que votre anémie est tout à fait courante puisqu'il s'agit de celle de la jeune femme ("ça ne vous tente pas la viande rouge, hein ?") et vous conseille de gérer votre stress. Il s'appuie sur son dernier joker : l'effet placébo, celui qui permet au patient de se sentir déjà mieux dès la sortie du cabinet médical.

index222

Néanmoins, vous êtes pris de culpabilité, vous commencez votre marathon antistress : sophrologie, méditation, psychothérapie, inscription en salle de sport, yoga, etc.
Mais vous retombez malade, cette gastro vous colle au ventre, la fatigue devient chronique, les steaks bien rouges n'aident en rien votre anémie. Qu'est-ce qui ne tourne pas rond chez moi, vous demandez-vous.
Au bout de quelques années survient la crise : douleurs en continu, problèmes digestifs, vertiges, fatigue qui dépasse largement le cadre des siestes que vous pouvez vous accorder parfois (dormir 36h presque d'affilée, c'est juste du stress, mais bien sûr !), difficultés de concentration, renfermement proche de l'autisme, nausées. Vous avez déjà pensé à exclure des aliments mais rien de pertinent n'en est sorti.

10718969736_4c728cf00a_b

Vous vous posez des questions sur vous-mêmes : est-ce possible que je me rende moi-même malade à ce point à cause du stress ? Suis-je si faible ? Qu'est-ce qui cloche chez moi ? Est- ce moi qui cherche à être malade, à me rendre malade ? Dois-je faire 20 ans de psy pour m'en sortir ?
On me parle même de spiritualité en cabinet médical : peut-être est-ce de cela que je manque et qui me rend malade ? Parvenu à ce point-là, on sent bien que le docteur est désarmé. Avant de partir, vous lui rappeler qu'il voulait vous passer la liste d'exclusion du lactose dans l'alimentation qu'il consent à vous donner nonchalamment : "essayez toujours, sait-on jamais", vous lance-t-il en guise d'au revoir.
Guillemot_Erasistrate_d_couvre_la_maladie_d_Antiochus
Là, c'est le début d'une autre longue histoire, la recherche DES intolérances alimentaires, qui me feront disparaître, dans le désordre : tous les soucis cités plus haut, y compris l'anémie, les mycoses à répétition, l'acné, mes nuits sans fin, les sueurs nocturnes et mon manque critique d'énergie, avant d'entamer une vraie reconquête de ma santé, avec pour laboratoire d'essai, vraiment serviable et complaisant, ce corps qui est le mien et que je vais remercier, une fois n'est pas coutume, bien platement, pour toutes ces aventures !
À suivre.

26 avril 2016

Acné chez l'adulte : la piste alimentaire

Autant le dire tout de go : je souffre d'acné depuis mon adolescence, j'ai 33 ans.

Or, tout cela est désormais derrière moi.

 

 13672115034_d0da82b9a7_o

 

 

Depuis début janvier, j'ai entamé progressivement une cure sans sucre. Attention, c'est plutôt un régime Hard Core comparé à ce qui fleurit actuellement sur le net.

 

En effet, cette cure s'est imposée pour raison de santé : mon intolérance au fructose a été mise à jour mi-décembre (8 mois après celle au lactose). Ainsi, je qualifie ma cure sans sucre de Hard Core. Il m'a fallu supprimer tout le sucre ajouté, les produits industriels, le chocolat (le plus difficile), le sucre tout court, les fruits et certains légumes. Mon régime est devenu frugal par la force des choses : quelques légumes verts, des féculents (j'ai pour le moment gardé le pain blanc, sachant que les aliments dits complets ne conviennent pas non plus à mes intestins).

 

 1019367590_c2724d0bd3_z

 

 

J'aimerais parler de cette intolérance qui fait encore peu de bruit sur le web, mais beaucoup de dégâts pour ceux qui en souffrent. Précisons également que le terme d'intolérance ne désigne en réalité que la maladie héréditaire de non-absorption du fructose. Je ne devrais donc parler me concernant que de malabsorption du fructose, ce que sont du reste les autres types d'intolérance alimentaire, telle que celle au lactose et au gluten.

 

Arrêter les produits laitiers m'avait déjà aidé énormément sur le plan digestif (et émotionnel), mais la suppression du sucre a surtout amélioré des soucis a priori plus éloignés des intestins. Ainsi, mon acné récidivante a littéralement disparu tout comme mes douleurs articulaires au genou.

 

L'épidémie d'acné chez les jeunes adultes est assez spectaculaire ces dernières années. C'est pourquoi je me demande si cette malabsorption ne serait pas plus partagée qu'elle ne semble l'être... J'ai fait partie des désespérées à vouloir succomber au traitement par Roaccutane que j'ai interrompu au bout d'un mois car je ne le supportais pas. Je me réjouis de savoir aujourd’hui que la solution était bien plus simple.

 

sugar_1068288_960_720

 

Nous sommes tous différents : il s’agit donc d’une piste parmi d’autres. Il faut aussi avoir la volonté d’écarter un tel aliment de ses assiettes ! Le test motive beaucoup à arrêter et il faut beaucoup de motivation pour changer radicalement d’alimentation. Au début, nous partons à l’aveugle. On n’a que les désavantages : les soucis de santé et la frustration du régime. Tout cela s’arrange au fur et à mesure. Il m’a fallu deux à trois semaines pour retrouver une belle peau. Bien plus pour arrêter complètement le chocolat et, aussi fou que cela soit, je ne veux plus en manger ! Ça ne me dit plus rien : quand je pense au chocolat, je pense maux de ventre, de tête et nausées…

 

Les solutions doivent être personnelles : supprimer le sucre pourrait vous être également bénéfique, mais une cure plus légère aussi. Je considère presque ma rémission comme un miracle parce que c’était tout à fait inattendu. Mon régime visait surtout à soulager mon ventre. Néanmoins, je ne tiens pas à en faire une recette miracle et à la moyenner : toutes les solutions qui circulent sur Internet sont à prendre avec discernement. À chacun sa ou ses solutions.

 

person_1270953_960_720

 

Bref, j'ai donc gagné une belle peau toute douce à ma grande surprise. Des genoux plus robustes. Autrement dit, un corps moins enflammé de partout. Mon hypoglycémie a également disparu, tout comme mes fringales : il ne me reste plus qu'à supprimer le pain blanc, ces glucides devenus rapides...

 

Pour les régimes sans sucre "classiques", lisez la présentation sur le blog de Ça se saurait, l'expérience de Wladislas BARATH.

 

Pour ceux que les effets du sucre sur l'organisme intéressent, pensez à voir That Sugar Film, un documentaire de l'Australien Damon Gameau qui s'est nourri uniquement de produits dits allégés, supposés bénéfiques pour notre corps, et qui a mis en péril sa santé ! Cliquez ici pour lire un article en français.

 

Posté par fasuka73 à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,