LE_SUCRE

A force de reportages et d'enquêtes glanés de çi de delà sur le net, on se posait sérieusement la question concernant cette petite poudre blanche à l'air tout à fait innocent. C'est un article publié sur le New York Times le 12 septembre 2016  qui remet la question au goût du jour.  Le quotidien suisse Le temps en reprend les grandes lignes en français.

Les graisses longtemps pointées du doigt.

Si les produits "gras" ont longtemps été incriminés pour les risques cardiovasculaires qu'ils faisaient peser sur notre santé, c'est surtout parce que les études scientifiques ont été sciemment tournées vers ce bouc émissaire. Le sucre a longtemps été lavé de tout soupçon : il suffisait de calculer le nombre de calories ingérées et de faire du sport en conséquence pour éviter de grossir (ce dernier étant le seul risque qu'on lui tolérait, et qu'on ne pouvait tout simplement pas cacher). Autrement dit, on pouvait consommer du sucre si on avait un comportement adulte et responsable. 

On se souvient aussi de l'étude scientifique, conduite sous la direction de Serge H. Ahmed, chercheur au CNRS à Bordeaux, en 2007, qui avait montré que ses souris de laboratoire étaient beaucoup plus dépendantes au sucre qu'à la cocaïne ! Mais il nous en fallait plus pour arrêter ce doux poison.

 

Sucre

 

Il fallait une révélation.

Ainsi, "l’industrie sucrière, dans les années 1960, a payé des scientifiques pour nier le lien entre le sucre et les maladies cardio-vasculaires et incriminer, à sa place" le gras. Cela fait plus de 50 ans que le mensonge perdure ! Et que les morts s'accumulent. Ces deux scientifiques sont deux nutritionnistes de la prestigieuse université Harvard.

Citons Le Temps : « Ces documents internes de l’industrie sucrière, découverts par un chercheur de l’Université de Californie à San Francisco (UCSF) et publiés lundi dans la revue JAMA Internal Medicine sous le titre " Sugar Industry and Coronary Heart Disease Research ", " suggèrent que cinq décennies de recherches sur le rôle de la nutrition dans les maladies cardiaques, y compris un grand nombre de recommandations alimentaires encore valables aujourd’hui, peuvent avoir été en grande partie «fabriquées» par l’industrie sucrière. " Ils ont réussi à fausser la discussion pendant très longtemps», selon Stanton Glantz, professeur de médecine à l’UCSF et l’un des auteurs de l’article ", d’ailleurs aussi spécialiste des recherches médicales sur le tabac, en ne tenant compte que des données qui les arrangeaient. »

 

gateau

 

Entre addiction et risques sanitaires, faut-il continuer à consommer du sucre ?

Les graisses ont longtemps été combattues. Le phénomène du Light en est un preuve. Or, les graisses présentes dans ces produits étaient remplacées par du sucre et cela donne la chair de poule aujourd'hui. Les personnes qui pensaient bien agir pour leur santé en comsommant ces produits sont en aussi mauvais état que les autres. Aujourd'hui, la communauté scientifique s'accorde sur le rôle important que joue le sucre dans les risques cardio-vasculaires mais le message a été biaisé pendant si longtemps qu'on l'entend à peine.

Comment agir aujourd'hui avec discernement ? Les médias nous abreuvent d'informations, certaines contradictoires. Notre organisme a besoin de sucres mais tous les sucres ne se valent pas et il doit être possible de faire un effort pour baisser notre consommation. Faut-il bannir le sucre comme certaines personnes relativement méditisées ? Et le banissent-elles réellement complètement ? C'est un sujet complexe qui touche notre santé physique mais aussi mentale. En effet, bien en amont de l'addiction, le sucre reste un aliment de récompense. On ne nous enlèvera pas le fait que c'est le premier goût auquel nous avons eu droit via le lait maternel.

Comment agir avec discernement ? Je m'y appliquerai dans un prochain article.

N'hésitez pas à vous renseigner notamment via ce reportage d'Arte.

Documentaire Arte 2016 - Le Sucre Le Doux Mensonge - Vérité HD Documentaire

Documentaire 2016 Le Sucre Le Doux Mensonge-Vérité HD